Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon blog!

Retrouvez toute mon actualité, les cours, stages, spectacles et bien plus!

Hommage à Mahmoud Reda

Hommage à Mahmoud Reda

Hommage à Mahmoud Reda qui est décédé  à l'age de 90 ans.

Danseur et chorégraphe, il était un artiste créatif qui innovait et mixait les influences d'Orient et d'Occident. Il a marqué de son empreinte le monde de la danse orientale.

Biographie :

Mahmoud Reda est né au Caire en 1930. Il démarre sa carrière en tant que gymnaste et représente l'Egypte en 1952 aux J.O d'Helsinki.

Il monte sa propre compagnie de danse avec Farida Fahmy qui deviendra sa partenaire pour une très longue collaboration.

En 1954 il commence son travail chorégraphique avec sa troupe : The National Folkloric Troupe of Egypt,  renommée en 1959 Reda Troupe, avec son frère Ali Reda .

En 1961, Mahmoud Reda et sa troupe se produisent dans le film : Igazah nisf as-sinah. Ce film va faire connaitre le travail de la troupe auprès de la population égyptienne. La même année, suite à ce film, le Ministère égyptien de la Culture s'intéresse à son travail et commence à le sponsoriser.

Par la suite , la troupe va tourner dans plusieurs films et va partir en tournée dans plus de 60 pays!

Hommage à Mahmoud Reda

Le style Mahmoud Reda

Son but n'était pas de retranscrire de façon authentique les danses traditionnelles. Il observait les différents folklores d'Egypte et y incorporait des éléments de ballet, de Jazz, des danses indiennes...

Son apport majeur est qu'il a créé une troupe de danse théâtrale dont les chorégraphies sont inspirées de scènes de vie en Egypte.

En parallèle, il a créé une pédagogie de transmission de la danse avec des exercices techniques et des chorégraphies. Parmi ses élèves, on retrouve de grands danseurs et danseuses : Dina, Randa Kamel, Yousri Sharif...

Hommage à Mahmoud Reda

Merci à lui pour tout ce qu'il nous a apporté! heart 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article